NEWTON SME PARK, Brussels – Belgium

12 mars 2016 19 h 02 min
More videos
   

citydev.brussels did not use to have any no built units intended for small SMEs in Brussels.
But with the Brussels Newton SME Park, citydev.brussels has now created a park with around fifteen 250 sqm units. The building was designed by the architects DDS & Partners Architects and the Bureau d’Architecture Emmanuel Bouffioux. In March 2015 the project was nominated for the MIPIM Awards in the “Industrial and Logistical Development” category.

in association with citydev.brussels
Print

Project name : Newton SME Park
Address : Rue Henri-Joseph Genesse. 1070 Brussels. Belgium
Assignation/Destination : SME Park

Name of client : citydev.brussels
Name of architect : BAEB – DDS & Partners Architects
in association with : –

Name of engineers :
– Stability Consultancy firm : VK Engineering
– Special techniques Consultancy firm : CES
– EPC Consultancy firm : CES
– Acoustics Consultancy firm : –
– Healt & Safety Coordinator : CES
– Control Agency : –

Name of contractors :
– Main contractor : Entreprises Jacques Delens, Brussels

Project status : completed (2014)

Size of project : 15 x 250m²
Budget : 6 282 000 €

Technical sheet of this architecture video clip
Journalist : Emma C. Dessouroux
Cameraman : Didier Minne – Geoffroy Minne / Kinodoc – Julien Stroïnovsky / Novsky Films

Editing : Emma C. Dessouroux / Cristina Dias
Direction : Emma C. Dessouroux
Production : Les Délires Productions

Translation : MDR Translations
Subtitles : Nicolas Gilson

Speakers : Stéphane Stevelinck (citydev.brussels) – Emmanuel Bouffioux (BAEB) – Olivier Callebaut (DDS & Partners Architects)

Original transcription

PART 1
En tant que citydev.brussels nous avons une offre assez variée pour les entreprises. Nous avons des incubateurs pour les spin-off universitaires, des centres d’entreprises pour les petites entreprises. C’est plutôt du tertiaire. Nous avons des grands sites mis à disposition sur lesquels les entreprises peuvent construire leurs propres bâtiments sur des parcelles prises en emphytéose auprès de citydev.brussels mais nous n’avions pas de modules construits de 250 à 500 mètres carrés pour les petites PME qui, parfois, sont à l’étroit dans leurs murs au sein de Bruxelles et qui veulent retrouver un endroit un peu plus adéquat pour développer leur activité.

Nous avons choisi en 2010, au moment où nous avons décidé de lancer le projet, de lancer un appel d’offre général c’est-à-dire que nous sondons le marché et nous demandons à tous les bureaux d’étude d’architecture qui sont intéressés par le projet de rentrer une candidature avec une esquisse de ce qu’ils pensent être un bel aménagement pour les lieux et une esquisse architecturale pour le bâtiment. Nous avons eu une quinzaine de candidatures et comme c’est un appel d’offre général, nous avons dû choisir parmi les 15 offres ou les 15 candidatures. Nous avons eu beaucoup de chance car les lauréats – qui est l’association DDS-BAEB (Emmanuel Bouffioux) – nous ont présenté dès le début un concept très très intéressant.

C’est un sujet qui nous intéressait énormément car il s’agit de faire de l’industriel ce que nous n’avions encore jamais fait. Et en plus de l’industriel assez spécifique puisqu’on ne connaissait pas les utilisateurs. On nous demandait une souplesse du bâtiment pour pouvoir accueillir 15 ou 16 différentes entreprises, petites PME bruxelloises à la recherche d’espaces de travail et de production. Et donc le sujet nous intéressait vraiment puisque nous croyons vraiment qu’il y a une synergie entre la création de ce genre d’activité et la vie bruxelloise, le chômage à Bruxelles, pouvoir redonner du travail à des gens sans qualification, etc. Il faut savoir que sur le site qui est maintenant entièrement occupé, il doit y avoir une centaine de travailleurs non qualifiés.

Le terrain se trouve en zone industrie urbaine au PRAS, c’est une zone qui n’est pas dévolue au logement, une des rares zones de Bruxelles qui n’est pas dévolue au logement. Donc, ça nous permet de développer des activités qui présentent certaines nuisances.

PART 2
Nous sommes rentrés dans le projet du Parc PME Newton par Emmanuel Bouffioux qui nous a appelés et qui nous a dit : « voilà, je participe à un concours. Est-ce que vous voulez le faire avec nous ? Si nous travaillions une fois ensemble !? ». C’est vrai que l’on se connaissait un petit peu sans jamais avoir travaillé ensemble et l’on s’est dit : « ça c’est une bonne idée. Faisons ce projet ensemble. » Et cela a bien fonctionné puisqu’on a gagné le concours et je dois dire que c’était une très chouette expérience de pouvoir travailler avec Manu et à 2 bureaux car on n’a pas souvent l’occasion de faire cet exercice.

L’environnement, pour nous, a joué certainement puisqu’on se retrouve juste à une entrée du ring de Bruxelles dans une zone industrielle ou semi-industrielle, le terrain convenait bien et en tout cas tous les accès pour arriver par le ring mais aussi pour distribuer sur Bruxelles étaient très importants. Donc je crois que la localisation était très importante pour ce genre de type de projets à cet endroit-ci puisqu’il rencontrait vraiment tous les problèmes de mobilité que l’on peut trouver pour ce genre de petites PME de production qui doivent amener du matériel mais qui doivent aussi livrer du matériel et donc la position géographique était très importante.

Le programme, c’était des ateliers modulables sur base de 250 mètres carrés. Donc 250 mètres carrés, il faut se dire que ça ne peut pas être trop profond. L’autre aspect, c’est qu’il fallait un maximum de modules tous ayant leur propre accès individuel par une porte d’entrée de garage ou quelque chose comme ça. Assez vite, on s’est rendu compte que si l’on voulait faire comme ça dans un bâtiment avec ce terrain qui est un peu en S, ça ne fonctionnait pas. Donc, nous avons fait deux bâtiments distincts l’un de l’autre mais qui sont plutôt sur une base rectangulaire. Ensuite est venue la réflexion sur comment faire autre chose qu’une simple boîte rectangulaire et, là, nous sommes arrivés avec des concepts de faire des entailles dans la boîte, des patios, des niches de verdure qui permettaient
de mettre un rythme dans les façades, de rompre la monotonie d’une façade toute droite
de pouvoir identifier des volumes et là est venue l’idée de mettre des couleurs sur ces volumes et de pouvoir identifier des zones par des couleurs et de pouvoir donner la possibilité aux futurs utilisateurs de dire : « ben oui ça c’est mon coin, il a cette couleur-là, etc ».

On s’est réparti le travail au niveau du concours… On ne s’est pas réparti ! On a tout fait ensemble. C’est très court toujours le travail sur un concours, ça dure quelques semaines. Au début, nous avons plus travaillé sur la programmation et comment nous pouvions insérer toutes les exigences programmatiques de citydev.brussels (ex-SDRB) dans le terrain qui était quand même un petit peu juste pour l’ambition que citydev.brussels avait à ce moment-là. Manu est parti assez vite dans des volumétries et un concept architectural et, donc, finalement, les deux ensemble ça s’est bien mêlé.
L’apport de lumière naturelle était un des points essentiels que nous voulions travailler. Donc, du coup, est venue l’idée de faire un bandeau de lumière en hauteur – dans la partie haute de la façade – continu de façon à pouvoir amener de la lumière profondément à l’intérieur des espaces et aussi forcément une lumière zénithale. L’ambition était bien évidemment de faire un bâtiment le moins énergivore possible. Du moment où nous n’avions aucun contrôle sur l’utilisateur final qui pouvait être n’importe qui avec des besoins très divers comme, par exemple, de ne pas du tout avoir besoin de chauffage parce que c’est principalement du stock ou d’avoir, au contraire, besoin de locaux très bien chauffés parce que c’est de l’horlogerie fine et que les gens ne bougent pas beaucoup et qu’ils doivent pouvoir être dans des situations confortables, on a opté pour faire une enveloppe qui permettait d’être la plus économe possible en termes de consommation d’énergie ultérieure.

On a un K 28 ce qui est vraiment très très bas pour un bâtiment industriel. On aurait pu aller plus loin mais comme nous n’équipions pas l’intérieur des bâtiments, par exemple tous les systèmes double flux qu’on pourrait rajouter dedans, sont prévus mais n’ont pas été installés. Du coup, nous n’arrivons pas au passif. Toutes les façades sont fabriquées avec des panneaux préfabriqués cellulose, donc avec 28 cm de cellulose, il y a 27 cm d’isolation sur la toiture vraiment pour avoir une enveloppe la plus performante possible. On a aussi du vitrage performant vraiment pour donner des bâtiments industriels d’aujourd’hui qui vont pouvoir passer le temps et être le moins énergivore et pouvoir répondre à toute demande.

English subtitles

PART 1
citydev.brussels can provide companies with a wide range of real estate.
We have incubators for university spin-offs, and business centres for small companies – mainly service industries.
We have large sites which companies can lease from citydev.brussels to construct their own buildings.
But what we didn’t have was pre-built units, from 250 to 500 m², for small SMEs who sometimes work in cramped conditions in the centre of Brussels and need a place that’s far more suitable for developing their operations.

Following our 2010 decision to launch the project, we decided to go out to tender.

We consulted the market and invited all the architectural firms interested in the project to submit, along with their applications, an architectural scheme for the building.
As it was a public tender we had to select one of the 15 applications.
We were very lucky, because the winners – DDS/BAEB (Bureau d’Architecture Emmanuel Bouffioux) – had from the beginning presented us with a highly interesting concept.

It’s an area that we’re hugely interested in as it’s about industry–something we hadn’t done before.
And we’re talking about quite a specific type of industrial architecture, since we had no idea who the users would be.
So we were asked for a flexible building that could accommodate 15 or 16 companies, small SMEs from Brussels looking for working and production space.
It was very interesting, since we truly believe that there is a relationship between creating these types of activities and life and unemployment in Brussels – being able to give new jobs to unskilled workers, etc.
It’s worth mentioning that on the site – which is now fully occupied – there are around a hundred unskilled workers.

On the PRAS, the site is located in an urban industry zone, one of the few types of zoning in Brussels that has not been dedicated to residential development.
So that enables us to develop activities that generate some disturbance.

PART 2
We joined the Newton SME Park project after Emmanuel Bouffioux called us.
He said, “So, I’m entering a competition. What if we worked together on this one?”
We did know each other a little even though we hadn’t really worked together.
So we thought, “Good idea. Let’s do the project together”.
And it all worked out great, since we won the competition.
I have to say that being able to work together with Manu and with both of our firms was a fantastic experience, because you don’t often get the chance to work like that.

Location was definitely a factor for us, since the site is located right by a slip road onto the Brussels Ring in an industrial or semi-industrial zone.
The land was suitable, and the easy access to and from the Ring was great for the distribution of products in and around Brussels.
So this location really addressed all the mobility problems that these small SME manufacturers usually have, because they not only have to bring in but also deliver materials.
The geographical location was very important.

The programme comprised modular workshops of about 250 m². That meant the units couldn’t be too deep..
Another aspect was that a maximum number of units all had to have their own separate access via a garage door or something like that.
We soon realised that if we wanted to do this in one building on a slightly S-shaped plot of land, it just wouldn’t work.
So we came up with two separate buildings with a rectangular base.
Next, we had to think about how to do something different from just a simple oblong box.
We came up with the concept of inserting recesses into the box, for patios and greenery.
This bestowed a rhythm on the façades, and broke the monotony of long straight walls.
This also enabled us to work out the volumes, and gave us the idea of colour-coding them.
So that future users could say, “Yeah, that’s my place – it’s that colour,” etc.

So we divided the work for the competition between the two of us–well we didn’t actually divide it; we did everything together.
The work on a competition never takes long– usually justa few weeks.
First, we worked on how to include all of citydev.brussels’s programming requirements on the site.
It was a bit tight given all of the ambitions that they had for it at that time.
Quite early on, Manu came up with volumes and an architectural concept.
And finally, the two sides came together really well.
Daylighting was one of the key points that we wanted to work on.
So we got the idea of creating a ribbon windows high up on the façade.
This would bring zenithal light deep into the interior.
The objective was of course to construct a building that was as energy-efficient as possible.
We had no control over the end users, who could all have very different requirements.
Some might have absolutely no need for heating, for example, because they’re using the space as storage..
Others might need very well-heated spaces, for example watchmakers who sit still and need to be comfortable.
So we opted for an envelope which would be as energy-efficient as possible.

We’ve got a K 28 rating which is really very, very low for an industrial building.
We could have taken it further, but as we were not fitting out the building interiors. For example, the dual flow systems were included in the design, but have not yet been installed.
Which means we don’t quite make the ‘passive’ standard.
All the façades of the buildings are constructed with 28-cm-thick prefabricated cellulose panels, and the roofing panels contain 27 cm of insulation with a view to the most efficient envelope possible.
We also have really efficient glazing, making for modern industrial buildings, which will stand the test of time, be highly energy-efficient, and cater to all possible requirements.


0
Views
About The Author
- Les Délires Productions sprl is an audio-visual production company based in Brussels since 1998. With various short fiction and animation films on its lists of productions as well as documentaries and other programmes for the RTBF, CANAL +, ARTE, the UNICEF and also Disneyland Paris, Les Délires Productions sprl has become a pioneer in the production of Internet videos. As early as 2003 the company launched into the creation of the website misteremma.com. Les Délires Productions also works on urban events in Brussels (Parcours surréalistes, Tribus urbaines, Humours du Monde, Mister Emma Art Loft) and, since 2006, has produced Archi Urbain, a programme on architecture and urban planning that goes out every week on Télé-Bruxelles (Belgium) and is re-screened on TNA (France), and La Trois – RTBF (Belgium). Would you like us to produce an architecture video clip of your work and also benefit from the services of caviar.archi? Contact us at info@lesdelires.be

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>